COUPS DE CŒUR » Elles (ils) écrivent...

Carthage

Publié le 23-10-2009
Carthage
Un poème prix du concours Eclosion de vers

La maison des associations culturelles Achouria avait organisé un concours de poésie au mois de mai 2009 qui s'intitulait  "Eclosion de vers".
Le poème ci-dessous a reçu le prix de la première édition du concours le 12 Septembre 2009.
Bonne lecture

-----------------

Sous un épais linceul de poussières tragiques,
De temples écrasés et d’ossements épars,
La grande Morte, étoile des cités puniques,
Repose en son néant de ruines, de remparts.

Carthage ! Oh ! qui dira la force évocatrice
Attachée à ton nom, jadis si redouté !
De ton sol, qu’éventra la main profanatrice
Des amants du Passé, surgit l’Antiquité. 

Là-bas, dans le lointain des champs baignés de lune,
Voyez-les se lever : Barbares et guerries,
En tumulte de fer, jusques à la lagune
Ils descendent, heurtant leurs épais boucliers.

Des hoplites*, la masse ondule en larges ondes ;
Les Gétules* bronzés, brandissent les épieux ;
Les ligues, mi-nus, font tournoyer leurs frondes*,
Tous, maculés de sang, sont beaux comme des dieux.

Dans un rayonnement de béryls*, de topazes*,
Apparaît Salammbo : les trésors de l’Ophir*
Constellent son sein nu sous la brume des gazes* ;
La nuit de ses cheveux s’étoile d’un saphir.

Et, tout autour de nous, du fracas de la lame,
Des gouffres se creusant en les flots d’indigo,
Du sein des vieux tombeaux, la voix des siècles clame
Les mots du vieux Romain : Delenda Carthago*

----------- 
Hoplite : dans la grèce antique, fantassin lourdement armé
Gétule : peuple de l’anc. afr. Ils accueillirent Jugurtha en lutte contre les romains. Ils furent vaincus en moins d’1 siècle.
Ophir : genre d’orchidée
Fronde : instrument fait d’un morceau de cuir et de deux bout de corde avec lequel on lance des pierres
Béryls : variété d’émeraude
Topaze : pierre précieuse jaune
Gaze : étoffe légère et transparente
Delenda est Carthago : il faut détruire Carthage

Cet article est proposé par : Sonia CHENITI