COUPS DE CŒUR » Elles (ils) écrivent...

Les coeurs purs

Publié le 15-03-2008
Les coeurs purs
Aux coeurs purs

Ont la couleur reposante de la verdure
La clareté de l’eau de roche
L’imagination plus vaste que l’éspace célèste
Ont le pouvoir du pardon sans limites
S’abreuvent à la source de l’éspoir
Se délèctent de leurs rêves jusqu’à la lie.

Les coeurs purs
Leurs jours sont bariolés aux teintes de la joie
Ne tirent aucune leçon de leurs erreurs
Et les répètent comme des enfants
Inspirent aux autres une confiance infinie
La couleur sombre est bannie de leur léxique.

Les coeurs purs
Vont à la rencontre des autres âmes
Au delà de l’étreinte
Ont une confiance aveugle en l’autre
Excèllent dans la demande du "pardon"
En toute humilité
La suspiscion n’habite pas leurs recoins.

Les coeurs purs
S’accrochent aux "débuts" avec hargne
Et refusent les "fins" avec dédaignement
Piègent la réalité dans l’illusion
Et piègent l’illusion dans le rêve
Croient en leurs idéaux jusqu’à l’éxtinction
La nostalgie du jour qui passe
Est leur péché mignon
Qui leur vole la plus grande partie de leur vie.

Les coeurs purs
Tels une colombe de la paix
Sèment l’amour sur terre
Erigent des cités de joie
pansent les coeurs bléssés
Sèchent la larme au coin de l’oeil
A croire que l’amour est leur création.

Les coeurs purs
malgré l’empreinte de la vieillesse
Gardent toujours vivant "l’enfant" en eux
L’arrachant à l’emprise du temps
Leur innocence enfantine se déssine sur leur visage
Leurs yeux sont le miroir de leur âme
S’y reflète le secret de leurs cellules
La dissimulation leur est éxècrable
Et sont de piètres acteurs d’une tragédie des masques.

Les coeurs purs
Sont toujours là en cas de besoin
Leur main est toujours tendu en cas de détresse
Font de chaque moment de leur vie
Une bouée de sauvetage
Et de chaque palpitement de leur coeur
Une bouffée d’oxygène
pour tirer un noyé de l’océan du déséspoir.

Les coeurs purs
Lorsqu’ils se donnent
Ils s’offrent entièrement
Lorsqu’ils aiment
Ils aiment avec force
Lorsqu’ils sont fidèles
Ils sont fidèles avec pérsévérance
Lorsqu’ils souffrent
Ils souffrent jusqu’à l’agonie
Lorsqu’ils se brisent
Ils se brisent avec violence
Lorsqu’ils se fânent
Ils se fânent avec tristesse
Lorsqu’ils pleurent
Ils pleurent en silence.

Si un jour tu rencontres un coeur pur
Accroche toi à lui
Ouvre toi à lui
Aies confiance en lui
Aime le
car c’est devenu une monnaie rare
Dans le monde des coeurs rouillés.

Cet article est proposé par : Sonia CHENITI

Autres articles que vous pouvez aimer