COUPS DE CŒUR » Elles (ils) écrivent...

La Dérive

Publié le 15-09-2012
La Dérive
En peu de temps le revers de la médaille a fait surface

« 38963»
**********
 
La Dérive
*********
 
Il a fallu un courage extraordinaire
Pour arriver ce jour là, à prononcer le mot : « Dégage »
Il a fallu des années veiller sur cette bonne vieille terre
Se conduisant selon les meilleures directives des « Sages » !
***
Nous étions à bout, marchant, courbé l’échine !
Nous mettant ‘difficilement’ debout !
Peu à peu émergent certaines ‘combines’
Qui ont rendus quelques uns parmi nous presque fous !
***
Il y en a qui ont franchi la porte du pouvoir
Ivres de ce qu’il leur arrive, une vie inespérée, rêve réalisé
Très vite, ils ont criés « Victoire » !
Laissant le peuple dans la mélasse…médusé !
***
Plusieurs parmi nous n’ont pas compris grand-chose !
Des moutons de Panurges surpris par « une horde » de loups affamés !
Cherchant à mordre n’importe qui se propose
A marcher côte à côte, presque entièrement plumés !
***
De bonnes âmes pures rêvant d’une « Tunisie » nouvelle
Qui leur rappelle la « Tunisie » de Carthage
Et sa constitution, la première du monde antique
Prêts à parier en proposant de sérieux gages !
***
D’autres remémorant les textes inoubliables
D’Ibn-Khaldoun et ceux des réformateurs du XIVsiècle.
Nous regardons, stupéfaits, les ‘dogmes’ inavouables
Et moi continuant à chercher des rimes en "ècle" !
***
En peu de temps le revers de la médaille a fait surface
Laissant de côté un ordre bien établit.
De temps en temps, un coup de grâce
Fait d’une main experte qui nous éblouit.
***
Qu’importe le prix…cela fait un siège de plus.
A investir avec les ‘’moutons de Panurges’’
Les voitures sont devenues inutilisables…on prend le bus.
Puisque il faut répondre aux ordres qui …Urgent !
***
Les citoyens compatriotes sont devenus de simples pions
Sur un échiquier sont ‘plaçables’ à la guise des occasions
Dans les rues tristement éclairées par des lampions
C’est le temps de la ‘’dèche’’ pour la majorité !
***
Nous marchons encore à la lumière des vieilles lois,
Elles sont plus rentables, nous expliquent les experts !
C’est difficile de changer quoique ce soit
Jusqu’au jour où on se retrouve sous terre !
***
Bientôt le rêve de ‘jouir’ serait interdit.
Changer par l’ordre de marcher tête basse.
Ne croyons plus les explications et ce qu’on nous dit.
Quitte à se préparer aux coups de crosse.
***
N’est sacré que ce que l’on veut qu’il soit !
Tout le monde s’improvise spécialiste en ‘exégèse’.
Pour que l’on monte le crier sur les toits.
Mais hélas ! Personne ne se rappelle qu’on est de ‘Glaise’!
***
Nous sommes devenus ‘allergiques’ au boulot.
Nous désirons vivre en vociférant dans la rue.
Sans nous inquiéter de la ‘pénurie’ bien grave de l’eau.
Les bonnes manières et les civilités sont disparues.
***
Que de Télés ! Que de Radios ! Une Presse à profusion.
Une multitude de ‘Partis’ qui se contredisent.
Au nom du droit et de la Liberté d’expression.
Mal compris ! Mal gérée ! Source indéniable de la crise.
***
On crie à tue-tête mais personne n’est à l’écoute.
Chacun fait à sa guise changeant blanc sur noir.
Nous voilà pataugeant tristement, dans le doute.
Nous voilà bien loin de la « Victoire » !
***
On se permet de prendre en otage :
Des personnes âgées, des femmes enceintes,
Des enfants privés de leur école …dommage
La ‘déraison’ l’emporte en plus sur la ‘’contrainte’’!
***
Le transport par terre, mer, et air
N’a que faire de la nécessité des personnes ‘modestes’
L’essentiel pour certains, c’est de faire grossir la galette.
L’usager devient ‘monnaie’ d’échange de ceux qui le molestent.
***
Le ‘’Droit’’ n’est plus le même pour tous les citoyens.
Il y en qui jonglent avec, comme de simples balles.
Personne ne se soucie de ceux qui manquent de ‘moyens’.
Que de temps perdu dans les grandes salles.
***
Le ‘’Patriotisme’’ est devenu de nos jours ‘Monnayable’.
« Tout s’achète ! Tout se vend ! Comme disait la chanson ! »
Nous vivons une période de transaction ‘’déplorable’’
Cheveux aux vents, pieds nues s’adonnant à la boisson!
***
Que dire encore de ce qui nous arrive ?
Que certains malheurs restent ‘’préférables’’
Que de prendre une barque trouée qui …dérive !
Surtout lorsque le vent est contre-nous …inévitable !
 
***********************
Hédi Nabli
Ecrivain- Poète
Paris- Aubervilliers.
Le 12 Septembre 2012.
**********************************
NB : Je suis bien triste ce qui se passe
Sur ma terre natale !
J’en pleure à chaudes larmes !
Cela me rend malade.
 
Que Dieu protège « Nôtre Tunisie »
Et vous protège !
-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Cet article est proposé par : Hédi NABLI - Ecrivain - Poète