COUPS DE CŒUR » Elles (ils) écrivent...

Les nuits de Tunis

Publié le 21-05-2010
Les nuits de Tunis
Les belles nuits d'été de Tunis

Dans la complicité de la clarté bleuâtre

On sent autour de soi voltiger des baisers

Qui des fronts ivoirins vont aux gorges d’albâtre

Et chassent à l’amour, toujours inapaisés.

 

Mignonne, pourquoi donc votre épaule vient-elle

De tressaillir soudain d’un si gentil frisson ?

C’est que vous avez cru ressentir le coup d’aile,

Aux plis de votre cou, d’un petit papillon.

 

Mais non, mignonne, non ; c’est un baiser qui passe

Et se pose un instant dans le nid de satin

Qu’une fossette creuse au menton qu’il embrasse

Avant de s’élancer vers un autre butin.

 

Puis à vous, sans tarder, le voici qui revole :

Votre parfum d’amour l’attire et le séduit.

Et moi, je sais le voir qui doucement vous frôle,

Quand vous croyez chassez un papillon de nuit.

 

Il part enfin, grisé du miel de votre lèvre.

Et vous, vous êtes lasse, et sans savoir pourquoi ;

Et vos yeux sont cernés, comme battus de fièvre,

Et votre sein se gonfle en un étrange émoi.

 

Mais vous êtes vouée à l’heureuse souffrance :

Jusqu’en votre sommeil  le papillon viendra

Voler autour de vous. Dans son impertinence,

Qui sait où le baiser vainqueur se posera.

 

Et dans la nuit stellée où passent cent baisers,

Chacun reste étonné du transport qui l’agite.

Sous l’œil malicieux des astres irisés,

Tanit n’est plus Tanit et devient Aphrodite.

 

On se sent pris, au sein du merveilleux décor,

Du désir d’être nu dans la splendeur des choses,

Et de s’étendre ainsi sous le grand velum d’or

Qui semble préparé pour les apothéoses.

Cet article est proposé par : Sonia CHENITI

Autres articles que vous pouvez aimer