COUPS DE CŒUR » Elles (ils) écrivent...

Les Septs dormants

Publié le 26-06-2009
Les Septs dormants
Culture liturgique et populaire des VII dormants Martyrs d’Ephèse (AHL- AL-KAHF) : Trait d'union Orient-Occident entre l'Islam et la Chrétienté

Les VII dormants sont sept jeunes gens chrétiens d’Ephése qui ayant fui la persécution et s’étant réfugiés dans une caverne, avec leur chien, s’y sont trouvés emmurés vivants, y sont mystérieusement sommeillé et se sont réveillé au bout de ‘309-372’ ans, pendant quelques heures, en témoins de la résurrection pour la justice. Ils meurent ensuite et ne cessent d’être vénérés, en des lieux nombreux et divers, aussi bien en Islam que dans le Christianisme. Le Coran leur consacre en récit au chapitre XVIII, la sourate de la « Caverne » (Al-Kahf). Ce chapitre est traditionnellement récité dans toutes les mosquées à la grande prière du vendredi midi, l’équivalent de la messe dominicale dans le Christianisme.

Le Docteur Gschwind, spécialiste des questions éphésiennes, situe ainsi les VII dormants dans le monde chrétien : « Le monde spirituel de la chrétienté primitive a reçu à Ephèse une structure interne indéniable, où Marie se retrouve avec Jean, la Madelaine et les VII dormants, reliés là, ensemble, dans une même perspective, de dormition et de résurrection ».
Or cette perspective éphésienne du Christianisme a été reprise dans la documentation réunie depuis 1953 par L. Massignon, qui relie la structure interne de la chrétienté primitive à celle de l’Islam, par l’intermédiaire du culte coranique, liturgique et populaire, que treize siècle hégiriens ont voué aux VII martyrs d’Ephèse. Ce culte commun place l’une et l’autre communauté religieuse dans une perspective trans-historique, profondément informée par l’attente de la Résurrection.  

Le sanctuaire romain de la via Porta S.Sebastiano, au point de départ de la via Appia a été restauré en 1710 par le Souverain Pontife Clément XI.
Quand on considère les liens directs que ce culte semble avoir établi entre les pays celtique et l’Eglise orientale, quand on considère aussi et surtout les résonances de l’ensemble du phénomène dans le monde musulman, on ne saurait majorer dans le sens d’un dialogue œcuménique Orient-Occident, la portée du geste de Clément XI, qui non seulement était tourné vers l’Eglise orientale, mais entretenait des rapports avec l’Islam. Clément XI l’avait restauré sans aucune arrière-pensée de tactique politique, mais uniquement pour le dialogue.
 
Hadiths sur la récitation de la S.WVIII
« Celui qui récite la sourate al-Kahf le vendredi, une lueur sort de sous ses pieds jusqu’à l’horizon céleste, qui le fera resplendir au Jugement, et ses péchés commis entre les deux Vendredis lui seront pardonnés ». 
 
Localisations des VII dormants en Islam
Plusieurs existent dont je ne pourrai tous les citer, entre autres existe celui de Béja (Tunisie) : VII Ruqûd rattachés au folklore astral des VII planètes en Afrique du nord. Et encore à Midès, El-Ourdiane et Tozeur (caverne bénie, toujours vénérée, origine de la devise familiale des Chabbi. Elle est située à 15 km de la ville) 

Cet article est proposé par : Sonia CHENITI