PORTRAITS » Elles sont à la une...

Nadia ZOUARI saison 2011

Publié le 14-05-2011
Nadia ZOUARI saison 2011
Entretien avec l’artiste plasticienne à la cote qui monte, qui monte, qui monte

En illustration : Vernissage de l’expo « My Way » le Samedi 23 Avril 2011 à la Galerie La Médina. De gauche à droite : M. Yassine BRAHIM (Ministre du transport et de l'équipement), Nadia ZOUARI, Mme Lilia LABIDI (Ministre de la femme), M. Azzedine BESCHAOUCH (Ministre de la Culture et du Patrimoine) et juste derrière Mme Rachida TRIKI (Docteur en philosophie, critique d'art et commissaire d'expositions).
 
 
Après « My Way » une très belle exposition colorée à la Galerie Médina et avant l’accrochage de l’une de ses œuvres qui sera présentée du 20 Mai au 10 Juin 2011 et certainement remarquée au 9ème Printemps des Arts Plastiques de la Marsa - Palais Abdellia, rendez-vous avec Nadia ZOUARI, une artiste, plasticienne à la cote qui monte en Tunisie et à l’étranger et au planning bien chargé.
 


HAMMAM-ENSA :  « My Way » vient juste de se terminer pouvez-vous nous en dire plus ?
Sources d’inspiration, bilan en cette période un peu spéciale, rencontres… 
---------------------------------------------- 
Nadia ZOUARI :
On m’a dit que j’étais courageuse d’exposer en ces temps difficiles. Je savais que ce ne serait pas évident mais si les artistes arrêtent de créer juste parce qu’on est encore dans l’incertitude alors cela signifie la fin de la création. Or c’est justement là que les artistes doivent s’accrocher pour prouver qu’ils ont une part à jouer, encore plus importante depuis le 14 janvier, au sein de la société et qu’il se doivent de renforcer leur engagement à défendre les valeurs et la société auxquelles ils croient.
 
Mes sources d’inspiration peuvent être diverses, en général je ne m’inspire pas d’une image figée mais plutôt de sensations et de ressentis. Elles viennent essentiellement de mon imaginaire. En cette période, on est imprégné de toutes les émotions qui ont pu nous submerger : la joie, la peur, la tristesse, l’exaltation…
 
C’est vrai que le bilan en cette période de crise n’est pas mirobolant, malgré tout, les rencontres ont été fructueuses puisque j’ai été remarquée par une commissaire d’exposition française et suis d’ores et déjà invitée en France (au mois de septembre 2011). Ensuite un spécialiste en art contemporain du Musée du Louvre a adoré mes peintures ainsi que le directeur du Musée de l’Orangerie à Paris. Que des spécialistes s’intéressent à mon travail est valorisant et m’encourage à continuer dans cette voie.
 
 

H-E : Pouvez-vous nous en dire plus sur l’œuvre que vous avez choisi de présenter au 9ème Printemps des Arts Plastiques de la Marsa ?
---------------------------------------------- 
N.Z.
: Le Printemps des Arts est un événement particulier. Il regroupe jeunes et moins jeunes, professionnels et novices sur différents espaces. C’est l’occasion rêvée de s’exprimer à travers des vidéos, photos, peintures, installations, sculptures, performances… On peut y voir une diversité d’expressions incroyable et je pense que cette année, elle sera encore plus intéressante du seul fait que les artistes n’ont plus cet étau sur la tête et se sentent enfin libres. Il existe une réelle pépinière de talents à découvrir. Pour cette année, j’avais envie de voir les choses en grand et c’est pour cela que j’ai peint une toile de 190 x 150 cm que j’ai appelée « Ascension » en rapport au regard que j’essaye d’avoir optimiste quand à la réussite de notre démocratie.
 
 

H-E : Après le Printemps des Arts Plastiques de la Marsa, quels sont vos projets pour cette fin d’année 2011 ?
---------------------------------------------- 
N.Z.
: Comme je vous le disais plus haut, je suis invitée à exposer en France dans le cadre d’un échange artistique. Ensuite, j’ai envie d’explorer d’autres techniques de peinture, comme je l’ai toujours fait, et j’ai beaucoup d’idées là-dessus avec en plus l’envie d’avoir un discours plus engagé.
 
 

H-E : Et bien évidemment en tant que femmes, nous ne pouvons nous empêcher de vous demander comment vous faites pour gérer avec succès création, activité professionnelle et vie familiale ?
Pour info, Nadia est une artiste mais aussi journaliste et maman de 4 enfants.
---------------------------------------------- 
N.Z. : C’est sûr que ce n’est pas toujours facile, cela demande beaucoup d’organisation. Quand je suis dans mon atelier, les enfants savent que je travaille et respectent très bien mon antre. Quand un article est édité, cela signifie que je me suis déplacée et que j’ai passé du temps à l’extérieur. Et pour mes absences, mon mari me seconde très bien. Sinon, j’écris mes articles très souvent le soir quand les petits sont au lit et que tout est calme. C’est là que je me dis que les journées ne sont pas assez longues pour tout ce que je souhaiterai faire et je manque très souvent de sommeil.
 

Un immense MERCI d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.
Alors si vous aimez les couleurs vives et que vous avez un petit budget à investir dans l’Art, misez sans hésitation sur les œuvres de Nadia.
 


Et pour en savoir plus…
- Sur l’artiste Nadia ZOUARI, cliquez-ici
- Sur le Printemps des Arts Plastiques de la Marsa, cliquez-ici 
 
 
 
Ci-dessous le recto de l’invitation de l’expo « My Way »

Cet article est proposé par : HAMMAM-ENSA

Autres articles que vous pouvez aimer

Galerie Photo de l'article

    Nadia ZOUARI saison 2011