COUPS DE CŒUR » Livres - DVD - CD

La Fêlure, Mémoires d'un cheikh (roman)

Publié le 03-11-2010
La Fêlure, Mémoires d'un cheikh (roman)
De Lahbib Chebbi

La Fêlure, Mémoires d'un cheikh (roman)

Auteur : Lahbib Chebbi
Format : 15/21 - 184 p.
ISBN : 978-9973-704-17-7 (octobre 2010)
Prix de vente :  : 19 dt
 
Deux raisons nous poussent à nous intéresser à La fêlure de Lahbib Chebbi [1949-1988].
La première est la disparition précoce de son auteur, historien et sociologue qui, s’attachant aux problèmes du pouvoir et de la mort, envisageait leurs rapports à l’imaginaire, aux sensibilités populaires, à la fête, à la religion, cherchant par là à introduire l’étude de l’univers mental dans la tentative de l’histoire.
La seconde est la qualité même de son roman qui porte en sous-titre Mémoires d’un cheikh. Nous sommes en 1867, après la révolte de Ali Ben Ghedahem : le choléra fait des ravages à Tunis. L’épidémie risque de se propager, la médina a donc été fermée. En outre, les modèles étrangers – ceux des Français et des Italiens – commencent eux aussi à faire d’autres ravages :  la modernité pénètre, s’infiltre, bouleverse les attitudes et comportements, les manières d’être et de vivre. On est perturbé : confusion, ébranlement des structures et des normes anciennes. Même les murs des maisons s’écroulent. Bref, ça bouge. C’est ainsi qu’astucieusement l’auteur nous présente son récit, bien enlevé, plein de finesses, d’observations et de réflexions sur 1867 aux prises avec le choléra, celui dont on meurt, et un autre « choléra » qui entraîne le Tunisien à devenir « autre », le « choléra » de la modernité venue d’ailleurs, attirant certes par son clinquant, mais en même temps menaçant de submerger les valeurs profondes d’un peuple. Jean Fontaine.

Photo de couverture de Émir Ben Ayed.

 

Et pour en savoir plus... le message de l'éditrice
Découvrez les éditions cartaginoiseries (sans majuscules, et sans h). Pourquoi avoir choisi ce nom qui fait inévitablement penser aux chinoiseries, viennoiseries… et autres futilités ? Pas si futile, la référence à la Salammbô de Flaubert, à qui certains critiques avaient accolé l’épithète de « carthaginoiserie ». Et puis, parce qu'à Tunis, depuis un certain temps, on accole le nom de Carthage à des dizaines de produits, à des dizaines de lieux situés à des dizaines de kilomètres à la ronde… Ma maison d’édition, elle, est située à Carthage-tout-court (dit Carthage-Hannibal). Je veux la consacrer à faire connaître des « paysages littéraires pittoresques » du patrimoine méditerranéen, en éditant des textes inédits ou anciens.

Éditions cartaginoiseries
Mika ben Miled, éditrice
2 rue Sophonisbe 2016 Carthage Tunisie
(+216) 71 732 594 (répondeur)

En vente chez l’éditrice (envoi postal possible, port gratuit)
et à partir du 15 Nov. 2010 
dans les "bonnes librairies"
Diwan (médina)
Art-Libris (Salammbô)
Fareinhet (Dermech)
1000 Feuilles (La Marsa)
Caliga (El Menzah)

Galerie Photo de l'article

    La Fêlure, Mémoires d'un cheikh (roman)

Cet article est proposé par : Éditions cartaginoiseries

http://www.cartaginoiseries.org

Autres articles que vous pouvez aimer