ACTUS » Humeurs, Vie quotidienne...

Les femmes ont-elles besoin d’être écoutées ?

Publié le 24-10-2012
Les femmes ont-elles besoin d’être écoutées ?
Tu m’aimes toujours ? Tu me trouves belle ? Qu’es-ce que tu penses de…

Les femmes, les femmes… quelle drôle de question !!! Comme chaque fois que l’on parle des femmes ou des hommes, il est bien difficile de généraliser. Mais si nous sommes toutes et tous différents, certains traits généraux se retrouvent dans la plupart d’entre nous. On parlera donc ici de la grande majorité des femmes.

Tu m’aimes toujours ? Tu me trouves belle ? Qu’es-ce que tu penses de…
Que de questions que l’on est nombreuses à poser et à reposer régulièrement tout en sachant que cela va agacer notre partenaire ;-) Et oui, c’est plus fort que nous, on ne peut pas s’en empêcher !!!
Et combien d’hommes pensent que les femmes parlent trop ? Faites une petite enquête dans votre entourage et vous verrez…
En fait, les hommes sont en général plus réservés et silencieux que nous. Nous mettons plus de mots pour décrire la même situation et côté privé, il est rare qu’un homme aille confier ses problèmes de couple ou ses soucis intimes à un frère ou à un ami. Par contre chez les femmes, c’est beaucoup plus fréquent. Nous nous livrons plus volontiers à une sœur, une collègue ou à une amie. A la pause déjeuner nous nous retrouvons entre copines pour discuter, à la maison nous aimons raconter notre journée, c’est vrai que nous sommes nombreuses à aimer parler et partager nos idées.
 
Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué les femmes sont différentes des hommes… si si ;-)
Le cerveau féminin pense, ressent et agit de façon différente. Des scientifiques ont même montré que le cerveau des femmes comporte plus de zones liées au langage verbal que celui des hommes et qu’en moyenne, une femme emploie 6.000 à 8.000 mots par jour alors que la moyenne pour un homme se situe entre 2.000 et 4.000 mots chaque jour.
A l’heure où nous nous battons pour l’égalité des sexes, alors que certains rétrogrades font référence aux femmes en tant qu’« associées » de l’homme ayant un « rôle complémentaire » au sein de la famille, cela ne nous empêche pas de rappeler que si nous sommes égaux, nous ne sommes pas tous et toutes pareils.
  

Cet article est proposé par :