SANTÉ & FORME » Actus, Nouveautés...

Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur

Publié le 10-11-2013
Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur

Les chiffres sont sans appel et ne cessent d’augmenter. Les spécialistes annoncent même plus d’un demi-milliard de malades dans le monde d'ici 2030 et 600.000 en Tunisie.


Selon le Professeur Koussay ELLEUCH (Pr Ag au service d’endocrinologie à l’hôpital Charles Nicolle et président de la STEDIAM - Société tunisienne d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques), « Si en Tunisie on a accès à tous les médicaments, les mêmes 6 ou 7 principaux disponibles partout dans monde, Il y a un grand problème de dépistage surtout dans les régions. Plus de 9% des Tunisiens sont diabétiques et 10% sont porteurs de la maladie sans le savoir. Même les malades ne sont pas assez informés. Le budget est insuffisant ! Mais il faut savoir que le traitement ou les complications de la maladie coûtent encore plus cher que les « économies » actuelles faites sur la prévention et l’information du grand public. »

Et le Pr. Nejib BEN ABDALLAH (Chef de service d’endocrinologie à l’hôpital Charles Nicolle et président de président de l'Amicale des Diabétologues de Tunisie) va dans le même sens « La CNAM prend en charge la maladie à 100% en APCI mais encore une fois par manque d’argent ne rembourse pas les bandelettes d’auto contrôle glycémique ! Ils ne voient pas le coût des complications du diabète qui coute encore plus cher. C’est une stratégie à long terme qu’il faut mettre en place. Les malades manquent d’information. Par exemple, certains ne savent pas comment gérer leur maladie pendant Ramadan ou pendant le pèlerinage d’el Hadj. La communication et l’information sont primordiales. »

Le professeur Leïla ALOUANE (Chef de service de Nutrition à l’Institut de Nutrition) a aussi rappelé que l’obésité était un facteur encore trop lié au diabète « S’il faut éduquer dès le jardin d’enfant, les parents ont aussi leur rôle. » et le professeur Samira BLOUZA (Chef de service de Nutrition Clinique à l’institut de Nutrition) a même parlé de « diabésité ».

Le diabète est un problème de santé publique trop peu pris en compte. Et tous les intervenants se sont accordés pour dire que le ministère de la Santé mais aussi le Ministère de la Jeunesse et des Sports doivent s'impliquer d'avantage pour sensibiliser, informer et lutter contre le diabète.

Actuellement ce sont les associations ou des laboratoires privés qui se mobilisent.

Galerie Photo de l'article

    Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur

    Agissons contre le diabète, MAINTENANT pour protéger notre futur

Cet article est proposé par : HAMMAM-ENSA