SANTÉ & FORME » Actus, Nouveautés...

L'asthme - Etude AIR MAG et état des lieux en Tunisie

Publié le 05-05-2010
L'asthme - Etude AIR MAG et état des lieux en Tunisie
Pour tout savoir sur cette maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires et en finir avec les idées reçues !!!

Photo en illustration de l’article, de gauche à droite : Pr. Majed EL BEJI (Président de la STMRA et Chef de service « pneumologie » à l’EPS La Rabta), Pr. Ali BEN KHEDER (Chef de service « pneumologie » à l’EPS Abderrahmen Mami de l’Ariana et expert consultant « GARD OMS ») et Pr. Hind BOUACHA (Chef de service « pneumologie » à l’EPS Charles Nicolle, Tunis).

 
C’est à l’occasion de la Journée mondiale de l’asthme, le 4 mai 2010 que la Société tunisienne des maladies respiratoires et d'allergologie (STMRA) a présenté les résultats d'une importante étude épidémiologique «Asthma Insight and Reality in the Maghreb » ou étude AIR MAG réalisée pour la première fois au Maghreb, et plus précisément dans trois pays d’Afrique du Nord, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.
 
Le Pr. Majed EL BEJI, le Pr. Ali BEN KHEDER et le Pr. Hind BOUACHA nous ont donné à cette occasion, un état des lieux très complet de l’asthme en Tunisie.
Si ce n’est pas la première étude réalisée sur le sujet c’est en tout cas de loin la plus complète et la première à être réalisée sur plusieurs pays. Les précédentes études étaient plus régionales et plus approximatives. L’étude AIR MAG est un travail scientifique rigoureux qui permet de mettre en place un plan d’action précis à long terme contre cette maladie chronique.

L’étude AIR MAG est très utile pour le diagnostic, le traitement et le suivi des patients selon les recommandations internationales.
L'étude AIR MAG lancée, durant ces trois dernières années, a estimé la prévalence de l'asthme dans la population générale et a décrit le niveau de contrôle et de prise en charge, ainsi que les connaissances, attitudes et comportements des sujets asthmatiques face à leur maladie.
Cette étude constitue un soutien scientifique à l'effort déployé par les instances nationales de tutelle qui ont accordé à cette pathologie un intérêt particulier en tant que maladie chronique et ont facilité sa prise en charge par la Caisse nationale d'assurance maladie « CNAM ».
Ce programme d’information sur la maladie est soutenu par les Laboratoires GlaxoSmithKline Tunisie (GSK) leader mondial en pneumologie.
 
 
L’asthme
-------------
Avant d’entrer dans les chiffres et les résultats de l’étude, petit rappel sur l’asthme.
L’asthme est une maladie génétique inflammatoire chronique des voies respiratoires, aujourd’hui très répandu dans le monde. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’asthme est devenu un grave problème de santé publique qui touche plus de 300 millions de personnes.
Malgré des avancées très importantes dans les connaissances de la physiopathologie de l'asthme et la disponibilité de traitements efficaces, la morbidité de cette maladie reste très importante même dans les pays les plus développés.
Dans le monde, la mortalité par asthme est estimée à 250 000 patients par an.
Le mot « asthme » vient du latin « asthma » qui signifie « respiration difficile ».  
Les symptômes de l'asthme sont des épisodes récurrents de respiration sifflante, de gène respiratoire, de sensations de compression thoracique, et de toux, particulièrement la nuit ou au petit matin.
L'asthme se caractérise à la fois par l'inflammation des muqueuses des voies respiratoires et par la constriction des muscles entourant les voies respiratoires. Les voies aériennes présentant une inflammation sont hyper-réactives.
 
 
 
---------------------------------------------------------------------------------------------
Protocole de l’étude AIR MAG et résultats de l’étude sur le Maghreb
---------------------------------------------------------------------------------------------
La méthodologie suivie est superposable point par point à l'étude européenne AIREUROPE déjà validée.
Il s'agit d'une étude épidémiologique transversale et observationnelle, réalisée auprès de 10 000 personnes contactées par téléphone sur les trois pays ciblés (Tunisie, Algérie et Maroc). Les 17 enquêteurs spécialisés ont transmis deux questionnaires (disponibles en français ou en arabe) aux personnes ayant accepté de répondre à cette enquête de santé publique :
-       Questionnaire de prévalence (screeming)
-       Questionnaire de description (à partir du moment où le sondé prenait de la Ventoline)
C’est ainsi que :
-       234 personnes ayant eu des symptômes dans les 12 derniers mois (avant l'enquête) et/ou prenant un médicament antiasthmatique ont répondues à l’enquête en Tunisie
-       236 au Maroc
-       154 en Algérie
Pour les enfants les chiffres sont les suivants :
-       92 en Tunisie
-       74 au Maroc
-       82 en Algérie
 
Dans chaque pays toutes les régions ont été représentées ainsi que toutes les tranches d’âges avec des groupes d’adultes (16-34 ans, 35-45 ans et plus de 54 ans) et un groupe pédiatrique. Enfin hommes et femmes ont été représentés même s’il a été montré qu’il n’y avait pas vraiment de différences dans les réponses les deux sexes sont à peut près « égaux devant l’asthme ».
 
L'étude AIR MAG a entre autre permis de mettre en évidence le décalage entre la perception des patients de la sévérité des symptômes (auto-évaluation, impressions…) et le stade réel de la sévérité de la maladie, tel que défini par l'OMS dans « la stratégie globale de prise en charge et de prévention de l'asthme », plus connue sous l'acronyme de « GINA» ou « Global Initiative for Asthma ».
 
 
En Tunisie
---------------
Jusqu’en 1985 l’asthme n’était pas maîtrisable, le pays comptait un grand nombre d’asthmatiques hospitalisés mais heureusement ce n’est plus le cas aujourd’hui grâce à la prévention et aux traitements.
Pourtant le nombre d’asthmatiques à augmenté depuis quelques années en Tunisie (mode de vie, occidentalisation…).
 
D'après l'étude AIR MAG, la prévalence de l'asthme en Tunisie est située autour de 3,5% (chez les adultes comme chez les enfants). En Algérie, elle est de 3,1% chez les adultes et de 4,1% chez les enfants. Au Maroc, elle est de 3,7% chez les adultes et de 4,4% chez les enfants.
 
Actuellement une grande partie des diagnostiques sont faits dans les CHU. Si le dépistage est bon, c’est le suivi du traitement qui pose encore problème. En effet la plupart des malades ne viennent pas aux visites programmées et ne prennent pas régulièrement et correctement leur traitement.
 
En Tunisie 51,3% des asthmatiques prennent uniquement du « fechfecha vert » et attendent la crise alors qu’il existe des traitements plus adaptés.
Le taux de visite aux urgences pour des asthmatiques est encore trop élevé avec un taux de 25,4%. Ce qui signifie que les malades attendent les crises pour se faire soigner. Hélas tous les spécialistes le confirment, c’est une très mauvaise solution.
 
Ne pas se faire dépister, ne pas se faire suivre ou ne pas suivre son traitement régulièrement coûte très cher (mobilisation des ressources médicales, frais de traitements, mais aussi perte de productivité, absentéisme dû à la fatigue, au manque de sommeil, dévalorisation de  soi, angoisse, dépression, démotivation...).
L’asthme est une maladie chronique non handicapante mais qui nécessite un traitement de fond. Chaque erreur, chaque manquement ou déviation au traitement à un coût pour la société. Les médicaments existent, il faut donc informer, dépister et traiter.
Il faut donc éduquer les malades et former les médecins pour cela.
 
Il existe chez tous les médecins un Test de Contrôle de l’Asthme - ACT (5 questions). Ce test court à remplir par le patient asthmatique n’est pas un questionnaire de diagnostique de l’asthme mais un questionnaire d’évaluation et de suivi du niveau de contrôle de l’asthme pour tous les patients âgés de plus de 12 ans. Le bon score est 25. Un score inférieur à 20 est mauvais. Hélas en Tunisie le score est encore trop faible. Le but est d’arriver à un score de 25 pour tous les asthmatiques, ce qui est possible s’ils sont suivis.
Moins de 10% des asthmatiques sont actuellement sous contrôle. D’après les spécialistes il faudrait atteindre les 40%. 
 
 
Enfin de notre côté, cette étude nous a permis d’en finir avec des idées reçues dont certaines sont encore hélas véhiculées par les professionnels de la santé… fort heureusement une campagne de formation est mise en place en parallèle.  
3000 médecins de première ligne vont être formés au diagnostique, au suivi des maladies respiratoires et à l’éducation des malades.
 
 
STOP AUX IDEES RECUES !!!!
-----------------------------------------
-       NON l’asthme-allergique n’existe pas. L’asthme est une maladie chronique mais l’asthme n’est pas allergique. Une allergie mal soignée peut par contre éventuellement se transformer en asthme. L’asthme peut être une complication de l’allergie. De nos jours le nombre de personnes allergiques augmente car on est plus en contact avec des allergènes (pollens, fumée de cigarette, gaz d’échappement…) et avec des produits chimiques (conservateurs, colorants, additifs…) mais heureusement la Tunisie dispose d’un bon suivi en allergologie.
-       OUI il existe des traitements pour l’asthme qui permettent de bien vivre au quotidien. Une fois l’asthme avéré, votre médecin traitant saura vous donner des médicaments adaptés.
-       NON on ne guérit pas d’un asthme on vit avec. Et on peut très bien vivre justement en prenant bien son traitement.
-       NON tout le monde ne doit pas prendre le même traitement. Donc pas d’automédication.
-       NON le « fechfecha vert » n’est pas un traitement les fechfechas sont des réponses en cas de crise mais ne sont en aucun cas des traitements de fond.
-       OUI l’asthme est une maladie génétique. On ne devient pasasthmatique, on naît et on s’éteint avec. Ce qui n’empêche pas de vivre très bien avec si on est bien suivi.
-       NON une bronchite mal soignée de devient pas un asthme
-       OUI on peut très bien vivre et faire du sport tout en étant asthmatique. Il y a même 11% des champions olympiques qui sont asthmatiques et en Tunisie 6% des sportifs des équipes nationales sont asthmatiques.
-       NON il n’y a pas des « régions d’asthmatiques » quelle que soit la région le pourcentage est toujours entre 3 et 4% même s’il est un peu plus élevé dans les grandes villes.
 
 
 
En bref pour bien gérer son asthme :
-       Ne pas attendre les crises pour se soigner
-       Etre régulier dans ses contrôles. En théorie il faut faire contrôler son traitement tous les 3 mois (dose, type de médicament…).
-       Pas d’automédication. Comme pour le diabète, l’hypertension… un asthmatique ne doit pas diminuer les doses ou arrêter ses médicaments tout seul. Il ne doit pas non plus prendre un autre médicament sans l’avis et le suivi de son médecin traitant.  
 
Alors faites passer l’info à vos proches et ne devenez pas hystérique si on vous annonce que l’un d’eux est asthmatique car il y a des traitements efficaces.
Si l'un de vos proches à le souffle coupé, tousse et est malade plus de 3 fois par an, n'hésitez pas à consulter un médecin qui saura vous orienter vers un spécialiste en cas d'asthme avéré.
Et pour terminer un petit message aux professionnels de la santé (même si on sait bien que le temps manque en consultation et encore plus à l’hôpital) : un peu de psychologie à l’annonce des mauvaises nouvelles serait une bonne chose. Expliquez-nous avec des mots simples ce que l’on a ou la maladie de nos proches, n’hésitez pas à nous dire la vérité et on pourra ainsi vraiment suivre et faire suivre un traitement.
Comme l’a bien dit le Pr. Ali BEN KHEDER « Ne guérit de sa maladie que celui qui l’accepte ».
 
 
--------------------------------------------------
FAIRE LE TEST ACT™ - CLIQUEZ-ICI
--------------------------------------------------
 

------------------
Et pour en savoir encore plus :
- Société Tunisienne des Maladies Respiratoires -  http://www.stmra.com
- Consensus GINA 2006 - Global INitiative for Asthma®. Global strategy for asthma management and prevention. http://www.ginasthma.com
- Association Asthme & Allergies - http://www.asthme-allergies.org/
- Laboratoires GlaxoSmithKline (GSK) http://www.gsk.fr/
 
 

Photo ci-dessous le Pr. Ali BEN KHEDER
(Chef de service « pneumologie » à l’EPS Abderrahmen Mami de l’Ariana et expert consultant « GARD OMS »)

Galerie Photo de l'article

    L'asthme - Etude AIR MAG et état des lieux en Tunisie

Cet article est proposé par : HAMMAM-ENSA

Autres articles que vous pouvez aimer