SANTÉ & FORME » Grossesse

Vouloir un 1er bébé après 47 ans est-ce bien raisonnable ?

Publié le 28-04-2011
Vouloir un 1er bébé après 47 ans est-ce bien raisonnable ?
L’avis d'experts et le témoignage de couples

Nombreuses sont les femmes qui ont fait passer leur carrière professionnelle avant leur vie privée ou n’ont pas eut la chance de rencontrer le compagnon idéal avant un âge avancé. Alors la question d’avoir un bébé se pose de plus en plus tard, voir même trop tard aux yeux de la société. Si devenir maman pour la première fois à 40 ans ou à  43 ans n’est pas rare, qu’en est-il à 45 ou à 47 ans ? Un âge où certaines femmes sont déjà grand-mères...


Questions au
Pr Mahmoud KHAROUF - Spécialiste en gynécologie – obstétrique - fertilité
. Ancien chef des services réunis de gynécologie obstétrique du Centre de maternité de la Rabta (Tunis). Ancien président de la société tunisienne de gynécologie-obstétrique et de la Fédération des gynécologues et obstétriciens de langue française. Membre de la société américaine de médecine de la reproduction.

1-
  A partir de quel âge dit-on qu’une grossesse est « tardive » ?
Pr. M. K.
: Une grossesse tardive est celle qui survient au delà de 40 ans. Après cet âge, on observe plus de fausses couches et la mère est exposée à plus de complications (hypertension artérielle gravidique, diabète gestationnel...).


2- Pensez-vous que vouloir tomber enceinte à plus de 45 ou 47 ans et surtout pour la première fois est une « folie » ?
 
Pr. M. K. : Ce n'est sûrement pas une folie, l’instinct de maternité est humain et n'est pas lié à l'âge, je l'observe tous les jours, le seul problème réside dans le fait que la nature a prévu pour les femmes (sauf exception) la fin des maternités vers l'âge de 43-45 ans. La difficulté se situe dans l’incompréhension des femmes d’un certain âge devant ce verdict qui peut sembler injuste. Il est à noter que l'âge de procréation naturelle est prédéterminé pour chaque espèce.


3-
Si une femme a un réel désir de grossesse à 47 ans, quelles sont ses chances ? (bien évidemment si elle n’est pas encore ménopausée).
Pr. M. K. : Les chances de grossesse naturelle sont très faibles à 47 ans. On observe en effet de très rares  grossesses à cet âge ou au-delà.


4-
Quels sont les risques d’une grossesse à cet âge pour la maman ? Y a-t-il un suivi spécifique ? Pendant l’accouchement ?  Quels sont les risques pour le bébé ? (malformations…)
Pr. M. K. : Les risques sont essentiellement un taux élevé de fausses couches et un taux élevé d'anomalies chromosomiques (un cas de trisomie 21 pour 1500 naissances à l’âge 20 ans contre un cas pour 12 naissances à 48 ans). Les mères encourent plus de risque d'hypertension artérielle, de diabète... Il faut savoir que la grossesse représente un bouleversement énorme et insoupçonné de tout l’organisme de la maman (masse sanguine, cœur, reins…).


5- Et si cela ne fonctionne pas « naturellement » jusqu’à quel âge est-il « raisonnable » d’essayer de tomber enceinte ?

Pr. M. K. : Essayer naturellement de tomber enceinte est tout à fait concevable même à un âge avancé.


6- Quels sont les moyens médicaux disponibles pour qu’une telle grossesse aboutisse ? (stimulation ovarienne, injections d’hormones…)
Pr. M. K. : Malheureusement, les médicaments sont incapables de remédier au vieillissement des ovules, car c'est souvent là le problème.


7- Que pensez-vous du don d’ovocytes ?
Pr. M. K. : C'est une solution intéressante pour les patientes qui n'ont pas d'ovocytes adéquats pour une grossesse - ovocytes anormaux, insuffisance ovarienne prématurée (ménopause précoce), patientes porteuses d'anomalies héréditaires avec risque de transmission à leur descendance, patientes ayant atteint un âge limite sans avoir pu obtenir une grossesse…
Il est important de souligner que la loi tunisienne du 07.08.2001 interdit le don d'ovocytes quel que soit la raison.


8- On peut bien imaginer qu’il ne doit pas être facile d’admettre que l’on ne sera jamais mère. Que conseillez-vous aux femmes qui sont dans cette situation ? Comment peut-elle se faire aider pour arriver à passer ce cap ? (psy ? médicaments ? autres ?).
Pr. M. K. : Il est vrai que les patientes qui se trouvent dans cette situation admettent mal cette réalité. L’adoption me parait être une bonne alternative.


9- Le « Tourisme esthétique » est bien connu en Tunisie, y a t’il un « Tourisme fécondité » ? (comme par exemple en Espagne)
Pr. M. K. : Le « Tourisme fécondité » existe en Tunisie mais n'est pas comparable à celui de l'Espagne en raison comme je l'ai déjà mentionné, des lois qui sont différentes.

Encore une fois un grand MERCI au Pr Mahmoud KHAROUF.
 

---------------------------
VOS TEMOIGNAGES 
---------------------------

Galerie Photo de l'article

    Vouloir un 1er bébé après 47 ans est-ce bien raisonnable ? Vouloir un 1er bébé après 47 ans est-ce bien raisonnable ?

Cet article est proposé par : HAMMAM-ENSA

Autres articles que vous pouvez aimer